L’ostéopathie pour nourrissons et enfants

 

Le nourrisson

L’accouchement constitue l’un des premiers traumatismes subit par l’enfant. Qu’il soit trop court, trop long, spontanée ou provoquée, avec des difficultés de descente ou de passage, avec l’utilisation de forceps ou de ventouse, par voies basses ou par césarienne, il influence la formation et la souplesse des os du crâne.

C’est pourquoi, l’accouchement peut occasionner des troubles fonctionnels pouvant engendrer des symptômes immédiats ou qui apparaitront plus tard dans la vie de l’enfant.

Les indications

  • Bilan
  • Asymétrie de la tête : tête plate ou plagiocéphalie, front plat ou bombé, bosse, œil mi-clos, oreille décollée, utilisation de forceps ou ventouse…
  • Régurgitations, vomissements…
  • Accouchement difficile : enroulement du cordon, siège, césarienne, passage difficile, prématurité
  • Troubles digestifs : coliques, tortillements, pleurs…
  • Torticolis, difficultés à tourner la tête d’un côté…
  • Agitation, nervosité, troubles du sommeil, pleurs, colères, angoisses…
  • Troubles de la succion (notamment à la mise en route de l’allaitement)
  • Otites ou rhinites à répétition

 

Quand consulter ? 

Afin d’avoir des résultats optimaux et ne pas laisser votre enfant avec un inconfort grandissant, il est conseillé de consulter son ostéopathe dès les premières semaines suivant l’accouchement.

Ces consultations ne remplacent en aucun cas le suivi par le pédiatre ou spécialiste dont l’enfant aurait besoin.

Déroulement d’une séance

Les techniques manuelles utilisées sont très douces et indolores. L’ostéopathe va procéder d’abord à un interrogatoire complet sur le déroulement de la grossesse, de l’accouchement et sur le comportement de l’enfant. Il va ensuite examiner l’enfant dans sa manière de se comporter, sa posture, sa tonicité…Il va procéder à une phase de tests afin de déterminer les dysfonctions ostéopathiques puis une phase de traitement où il va relâcher les tensions musculaires et redonner de la mobilité aux structures qui en auraient perdu.

L’ostéopathe finira sa consultation par une série de conseils (mode de portage, alternance de position, etc…). Il faut dans la majorité des cas, une à trois séances pour avoir un résultat. La première année, un suivi un peu plus poussé est conseillé (tous les 3-4 mois).

 

L’ enfant

La pratique d’un sport, la croissance osseuse, le poids du cartable, une mauvaise posture, un traumatisme au sport, sont autant de sources de conflits qui peuvent engendrer des troubles ou des douleurs.

De plus, des travaux dentaires (la pose d’un appareil), la succion du pouce dans la bouche, un choc à la tête peuvent entraîner une perturbation de l’état de santé et de l’équilibre de votre enfant (apparition de troubles du sommeil, chute des résultats scolaires, manque de concentration, migraines, irritabilité).

Quand consulter ?

Pour faire un bilan ostéopathique annuel, dès les premiers pas, avant le démarrage d’une activité sportive, en suivi d’un sport, en suivi de travaux dentaires et à chaque rentrée scolaire.

Les indications

  • Scoliose, lordose, cyphose ou attitude scoliotique
  • Maux de tête, de dos.
  • Séquelles de fracture, après une entorse, déchirures ligamentaires, intervention chirurgicale, des chutes
  • Tendinites, douleurs des adducteurs, pubalgies ( foot)
  • Énurésie ( « pipi au lit »)
  • Port de semelles orthopédiques ou talonnettes
  • Hyperactivité, excitation, troubles de l’humeur
  • Troubles du sommeil
  • Port d’un appareil dentaire
  • Après la succion du pouce
  • Affections ORL à répétition ( otites, sinusites, rhinopharyngites, etc…)
  • Colique, constipation, diarrhée.
  • Mauvais positionnement du corps
  • Difficultés de concentration à l’école
  • Dyslexie

La prise en charge de l’enfant et du nourrisson par un ostéopathe ne remplace en aucun cas le suivi médical par son pédiatre ou par un autre spécialiste dont il aurait besoin.